Dégâts sur véhicules à Reykjavik

Petit aperçu via flickr :

Plus d’infos sur l’origine de ces dégâts 😉

Exit Pandora

pandora.png

Le fameux site de radio personnalisée Pandora, dont je parlais ici, ne sera plus accessible aux internautes se connectant depuis plusieurs pays, y compris la France. Tim Westergren, le fondateur du site, nous avait déjà expliqué par mail il y a quelques semaines les difficultés auxquelles allait être confronté le site à cause de l’augmentation des taxes sur les radio diffusées par Internet aux États-Unis. Plusieurs acteurs américains des radios en lignes se sont regroupés dans le collectif SaveNetRadio pour lutter contre l’augmentation de ces taxes, qui menacent la survie de nombreux sites de ce genre.

Le blocage n’est évidemment pas parfait, mais ceci va probablement détourner le public français vers d’autres sites. TechCrunch publiait il y a quelques temps un tour d’horizon des sites de musique « 2.0 ». En dehors de Pandora et Last.fm dont j’ai déjà parlé et des excellents mais controversés radio.blog.club et The Hype Machine, les sites suivants ont l’air assez intéressants :

  • MyStrands, qui fournit des recommandations à la Last.fm, et qui est compatible avec plusieurs familles de lecteur mobiles (iPod, Windows Mobile, Symbian).
  • musicovery et liveplasma deux sites assez marrants à utiliser qui cartographient les similarités musicales entre titres ou artistes.
  • Les nombreux digg-likes orientés musiques : iJigg, Zoomzik (français),  bandBUZZ

À propos des machines à voter

Pour faire suite à mon précédent post, deux liens très intéressants : (via Ma petite parcelle d’internet..)

  • le récit du premier tour des élections vu par un assesseur d’un bureau de vote d’Issy les Moulineaux, confronté aux machines ESS iVotronic, qui décrit les erreurs de décompte, l’impossibilité de vérifier les scellés et les dysfonctionnements divers.
  • Le bilan du premier tour par le conseil constitutionnel, qui déconseillait l’utilisation des machines pour le second tour :

« Dans ces conditions, le plus sage serait sans doute, lorsque des problèmes sérieux se sont produits le 22 avril (pannes, bouchons, polémiques…), d’y [les machines à voter] renoncer provisoirement afin de mettre les prochaines échéances électorales, y compris le second tour de l’élection présidentielle, à l’abri de toute contestation. »